LE GRAND BAIN

LE GRAND BAIN

Le Grand Bain est un nouveau Tiers-lieu situé au coeur de Nantes, qui offre un nouveau souffle à l’emblématique bâtiment des anciens Bains-Douches de la ville. En plus de son rôle d’acteur économique majeur du bassin nantais (la coopérative d’Activité et d’Emploi qui occupe les lieux accueille les activités de 300 porteurs de projets investis dans l’Economie Sociale dans le département), les acteurs du Grand Bain ambitionnent d’insuffler un nouvel élan à la vie du quartier en créant une épicerie Bio, un espace bien être, une boutique de créateurs et un réaménagement de l’espace public en laissant plus de place aux piétons et aux vélos. Cela passe par une piétonnisation de la rue et la création d’un jardin collectif hors sol. Après avoir remporté un appel à projet lancé en 2017 par la métropole nantaise autour de 15 lieux à réinventer et qui se concluait par une votation citoyenne, la coopérative à entamé une réflexion avec des architectes pour respecter l’histoire de ce bâtiment classé aux monuments historiques tout en y insufflant les valeurs sociales et économiques, le dynamisme et le foisonnement qui caractérisent l’Ouvre-Boîtes. La coopérative a pour cela fait appel aux nombreuses compétences des entrepreneurs qui y développent leurs activité. L’ensemble du mobilier à par exemple été conçu avec du bois de récupération. La charte graphique a elle aussi été optimisée pour minimiser son impact environnemental.

LA SIGNALÉTIQUE

Je suis également en charge de créer l’identité visuelle du lieu conjointement avec l’ Atelier Leslie Dumont qui également membre de la coopérative Ouvre Boites 44. Cela concerne l’ensemble des documents papiers ou numériques qui vont être produits ainsi que la signalétique du bâtiment pour faciliter la circulation dans le bâtiment. Les pictogrammes ont été imprimés sur des panneaux de contreplaqué de peuplier, eux-même collé sur les portes des différents lieux.

LES SAMEDIS DU GRAND BAIN

LES SAMEDIS DU GRAND BAIN

LES 3 SAMEDIS DU GRAND BAIN

J’ai réalisé cette affiche pour le mois de Septembre 2020. Le Grand Bain est un nouveau Tiers-lieu situé au coeur de Nantes, qui offre un nouveau souffle à l’emblématique bâtiment des anciens Bains-Douches de la ville. En plus de son rôle d’acteur économique majeur du bassin nantais (la coopérative d’Activité et d’Emploi qui occupe les lieux accueille les activités de 300 porteurs de projets investis dans l’Economie Sociale dans le département), les acteurs du Grand Bain ambitionnent d’insuffler un nouvel élan à la vie du quartier en créant une épicerie Bio, un espace bien être, une boutique de créateurs et un réaménagement de l’espace public en laissant plus de place aux piétons et aux vélos.

La première étape de ce réinvestissement de l’espace public s’est concrétisée en Septembre 2020 par la piétonisation de l’Allée de la Maison Rouge le temps de 3 week-ends afin d’y organiser des temps de rencontre entre les entrepreneurs de la coopérative, les passants, les acteurs locaux et les riverains.

Découvrez-en plus sur le fonctionnement du

Grand Bain et l’ensemble des activités qu’il abrite !

Achetez solidaire

Achetez solidaire

ACHETEZ SOLIDAIRE

J’ai réalisé cette affiche pour inciter nos concitoyens à se tourner vers nous, les petits indépendants, les artistes, les commerçants de centre ville, les artisans, etc… pour réaliser leurs achats de Noël plutôt que vers les grandes enseignes en cette période trouble. Nous sommes en effet nombreux à nous retrouver directement impactés professionnellement par les mesures sanitaires mises en place pour endiguer cette épidémie de COVID-19. Vous pouvez la télécharger gratuitement si vous souhaitez l’imprimer (pour la vitrine de votre boutique par exemple) ou la diffuser. Je suis convaincu que c’est en nous montrant solidaires avec les plus fragiles d’entre nous que nous traverserons au mieux cette période de grande incertitude.

« Nous créateurs, artistes, artisans, indépendants, sommes nombreux à souffrir de l’annulation massive des marchés de Noël et des restrictions liées aux mesures sanitaires. Pour effectuer vos cadeaux, vous avez le choix de donner un supplément de sens à vos achats en vous tournant vers nos boutiques en ligne, vers des libraires ou des commerçants indépendants qui ont mis en place des systèmes de « clic and collect » pour continuer à travailler durant cette période décisive pour nous. Votre geste aura du sens. Du sens pour la planète, pour nos emplois, pour continuer de rêver ensemble d’un monde plus juste.

Merci à vous. »

Nous

CETTE AFFICHE EST LIBRE DE DROIT ET DISPONIBLE EN TÉLÉCHARGEMENT CI-DESSUS. VOUS POUVEZ ÉGALEMENT TÉLÉCHARGER LE FORMAT CARRÉ CI-CONTRE –> POUR VOTRE COMPTE INSTAGRAM EN FAISANT UN CLIC DROIT/ENREGISTRER SOUS.

MONTRONS NOUS SOLIDAIRES.

Fragments

Fragments

Les Fragments sont des morceaux de vies inspirés de mes différents voyages. Les Fragments d’Italie se composent de souvenirs d’un voyage qui m’a mené de Naples, sur la côte amalfitaine à la région des Pouilles. J’ai réalisé les dessins originaux dans un petit carnet de voyage avec des feutres acryliques. Vous pouvez les retrouver sur mon compte instagram. Les Fragments d’Été se composent de souvenirs d’un séjour d’une semaine sur la presqu’île de Crozon. Les dessins originaux sont eux, réalisés avec des pastels à la cire (vous pouvez, là aussi, vous rendre sur Instagram pour y jeter un oeil). Je les ai ensuite retravaillés numériquement pour pouvoir décomposer les couleurs et les préparer à une impression en risographie. Par le choix de ce procédé, chaque exemplaire devient unique, les feuilles ne repassant jamais au même endroit, créant des micros-décalages aléatoires. La risographie est aussi un procédé d’impression à l’impact environnemental particulièrement limité par rapport à une impression offset par exemple. Vous pouvez vous rendre sur le site de Maison Riso pour aprofondir le sujet.

FRAGMENTS D’ITALIE

(SÉRIE VERTE)

La série verte se compose des 5 cartes suivantes  :

  • Les rochers, la mer et la femme aux seins nus
  • La famille, la plage et quelques sacs
  • Le vieil homme, la Fiat 500 et la mer
  • Le Piaggio, les cartons et la sérénité
  • La Vespa, le garçon de café et la rue pavée

FRAGMENTS D’ITALIE

(SÉRIE BLEUE)

La série bleue se compose des 5 cartes suivantes  :

  • La marina, les barques et le petit matin
  • La mamma, les culottes blanches et le cigarillo
  • Le gros monsieur, la clarinette et l’Ipad
  • La fille, le garçon et les cent chats
  • Les 3 filles, la Vespa et les claquettes à poils

FRAGMENTS D’ÉTÉ

La série Fragment d’Été se compose de 5 moments qui se sont déroulés sur la presqu’île de Crozon. Les dessins originaux sont réalisés au pastel à la cire.

FRAGMENTS D’ITALIE

RISOGRAPHIES 30x40cm Edition limitée

J’ai décliné 3 illustrations de la série bleue au format 30x40cm, imprimées sur papier recyclé 300g et numérotées en 250 exemplaires. Les 3 exemplaires disponibles sont :

  • La marina, les barques et le petit matin
  • La mamma, les culottes blanches et le cigarillo
  • Les 3 filles, la Vespa et les claquettes à poils

FRAGMENTS D’ÉTÉ

J’ai également décliné 3 Fragments d’Été au format A4 imprimés sur papier recyclé 300g. Les dessins originaux sont réalisés au pastel à la cire.

Journal de confinement

Journal de confinement

JOURNAL DE CONFINEMENT

Durant la période de confinement du Printemps 2020, j’ai réalisé un petit journal de confinement afin de partager mon quotidien, mes questionnements et des doutes face à cette période très incertaine que nous traversons. En espérant que ces mots et ces images fassent écho en vous. Bonne lecture.

J01 :  Tempête sous deux crânes

La nuit a été très agitée. Les cerveaux sont montés dans les tours. On sent que l’on vit un moment dont on se souviendra toute notre existence sans pouvoir en mesurer son impact. Crise sanitaire ? Crise économique ? Quelles seront les conséquences sur mon activité ? Quelle est la valeur de mon travail face à celle des personnels soignants ou des employés de magasins alimentaires ? Difficile de ne pas penser à l’après demain. Impossible de rester dans l’instant présent. Où passer ces prochains jours ? Quitter la ville ? Y rester ?

J02 :  Les ombres chinoises

Avant même l’annonce du gouvernement, sentant la rumeur enfler d’un confinement prochain, nous avons cherché à nous retirer à la campagne afin de traverser cette période dans un cadre plus serein. Il a fallu se décider rapidement, trier les affaires, définir ce qui est essentiel et ce qui est superflu en nourriture, loisirs, sport, livres, vêtements, etc…
On ne prépare pas son kit du parfait petit confiné comme on prépare ses valises pour partir en vacances. La première nuit de retraite forcée à été nettement plus apaisée que la précédente. Au matin du j02, un couple d’oiseaux vient danser en ombres chinoises sur le rideau de notre chambre. Alors que la France est à l’arrêt, la Terre, elle, continue de tourner.

J03 :  L’étincelle

Nous nous sommes confinés avec un couple d’amis, parents depuis tout juste 3 semaines. Le jeune père continue d’aller travailler tous les jours pendant que nous accompagnons la maman dans son nouveau rôle.

Tout doucement, nous apprenons à comprendre cette petite étincelle de vie qui crie comme une lionne, dort comme une souche et fait preuve de l’indifférence la plus totale envers ces heures incertaines que nous traversons.

J05 :  Joyeux Coronanniversaire !

Aujourd’hui, j’ai fêté mon 1er coronanniversaire. C’est vraiment bien les coronanniversaires. Comme mes copains avec lesquels on est confinés ils ne pouvaient pas acheter tout ce qu’ils voulaient à cause que les magasins ils sont fermés sauf les supermarchés, j’ai eu :
. De la pâte à ballon qui sent le liquide que ma maman elle met sur ses ongles pour enlever son vernis et que si on inspire au lieu de souffler dans la paille , on a la tête qui tourne.
.Des œufs Kinder mais la plupart c’était des figurines alors que moi je préfère les jouets où on doit construire avec le mode d’emploi.
. Un super gâteau à la pomme.
. Des Pez goûts cerise (c’est les meilleurs) et orange (c’est moins bon mais quand y a plus que ça, je les mange quand même) avec un distributeur Bulbizar.
. Une bouteille de pinard.
C’était vraiment chouette mon coronanniversaire !

J06 :  Salutation au soleil

Après plusieurs jours à chercher nos marques dans cette maison, à prendre l’apéro tous les soirs et à manger de la raclette, on se dit que ça va nous coûter cher en jeans quand on sortira d’ici si on poursuit sur ce rythme-là si le confinement est prolongé.
Nous commencons enfin à retrouver un rythme et une hygiène de vie un peu plus proches de ceux que nous avions avant le confinement. De mon côté, ça commence par deux salutations au soleil au réveil histoire de remettre tout ça en ordre de marche pour la journée qui démarre.

J07 :  La Promenade

Avec l’effervescence de la 1ère semaine je n’avais pas encore pris le temps de sortir du jardin. La campagne est belle. Les champs sont en train d’être labourés et si l’audace du printemps est déjà visible dans des prés teintés de verts vifs, elle est tempérée par des lumières rosées des derniers couchers de soleil de l’hiver.
Bilan des traces de vie rencontrées : une douzaine de vaches, une tripotée d’oiseaux et une voiture.

J08 :  Restrictions

Face au manque de rigueur de nombre de ses concitoyens et sur les recommandations du conseil des scientifiques en charge de la pandémie, le gouvernement limite et précise un peu plus les libertés individuelles durant le confinement. Entre autres, la pratique du footing n’est autorisée que dans un rayon d’1km autour de chez soi.

J11 :  De l’invention du jokari

Je me suis toujours demandé ce qui avait pu pousser des Hommes à inventer des activités comme le bilboquet ou le jokari. Après avoir observé aujourd’hui une de mes voisines y jouer seule dans un pré devant un public de vaches ahuries, j’estime désormais comme hautement probable le fait que son inventeur venait d’apprendre la prolongation d’une période de confinement au moment où l’idée lui est venue.

J12 : Le trésor s’échappe !

Depuis le début du confinement, j’éprouve un sentiment de frustration lié à l’impression de n’avoir jamais eu autant de temps pour moi sans pour autant arriver à faire tout ce que j’ai en tête. Un peu comme si j’avais conscience d’avoir un trésor entre les mains et que je ne pouvais pas l’empêcher de s’écouler entre mes doigts.

J22 :  Découvrir son talent caché

Dans les premiers jours du confinement, je me suis dit que cette période où chacun aurait du temps pour lui verrait sans doute l’émergence de nouveaux Mozart, Picasso ou Steve Jobs. J’avoue ne pas avoir anticipé qu’elle verrait émerger des champions de micro-tennis de table. Un couple d’amis m’a prouvé que j’avais eu tort…

J28 :  L’effet Overview

Je dessine souvent avec de la musique ou un Podcast dans les oreilles. Mon podcast préféré s’appelle @baladeurs.podcast, propulsé par le média @lesothers . Ce sont des récits de voyages racontés par les voyageurs eux-mêmes. Autant vous le dire tout de suite : on est assez loin du voyage organisé en car par un club du 3ème âge sur la costa brava. Les ambiances sonores sont vraiment soignées et je trouve que c’est un beau moyen de s’aérer un peu l’esprit en ces temps de confinement. Mon épisode préféré raconte la mission de réparation du téléscope Hubble en 1999 par Jean François Clairvoy un des astronautes français. Il y parle de « l’overview effect » ou du « pale blue dot » que ressentent les personnes qui vont dans l’espace. Le sentiment que la terre est une toute petite boule qui flotte dans l’immensité de l’espace et qu’elle nous survivra des milliards d’années. Je trouve que ça permet de relativiser pas mal de choses sur l’importance d’une existence humaine ou des drames que l’on traverse et sur la pertinence de passer le peu de temps qui nous est offert à faire la guerre ou à nous évertuer à détruire le vivant sur terre.

J37 :  Le jour de la marmotte

Le temps se dilate depuis quelques jours… J’ai un peu le sentiment d’être coincé dans une boucle temporelle où chaque jour est identique au précédent, comme Bill Murray dans « un jour sans fin »…

J51 :  Je chevauche le tigre

Alors que le 11 mai approche à grand pas et que l’on voit le bout du (de ce) tunnel, notre président organise une visio-conférence lunaire avec des responsables du monde de la culture pour savoir quel sera l’impact de ce méchant virus sur l’exception culturelle française. Manches retroussées, il nous (les artistes, les intermittents, etc…) exhorte à chevaucher le tigre et invoque Robinson Crusoe en nous conseillant d’aller chercher du jambon et du fromage à la cale avant de partir explorer l’île…
Je ne sais hélas pas ce que nous réservent les prochains mois, mais je mesure combien la culture au sens large m’a permis de traverser cette période de manière plus douce. Avec de tels conseils, me voilà pleinement rassuré et serein pour la suite de l’aventure.